nihon-token.com Etude du sabre japonais
Accueil Généralités Articles Outils Achat-vente Publications Divers

Nomenclatures et grammaire des styles

-2-

Nomenclature d'une lame en shinogi-zukuri


Une lame de sabre (tôshin 刀身) est constituée de deux parties (fig. 01). La partie aiguisée de la lame (kami 上身) se prolonge, au-delà des épaulements du tranchant (ha-machi 刃区) et du dos (mune-machi 棟区), par une soie (nakago 茎 ou 中心 ou 忠) sur laquelle s’enfile une poignée (tsuka 柄) qui y est fixée grâce à une goupille en bambou (mekugi 目釘). C’est sur le nakago, qui porte des traces de lime (yasurime 鑢目), que le forgeron grave sa signature (mei 銘). L’extrémité du nakago (nakago-jiri 茎尻 ou nakago-saki 茎先) peut prendre des formes variables.

Le dos de la lame (mune 棟) s’appelle également mine 峯. L’arête longitudinale entre le mune et le tranchant (hasaki 刃先) est le shinogi 鎬, qui s’étend du nakago-jiri au mitsu-kado 三つ角 (ou mitsu-gashira 三つ頭), point de rencontre avec les deux arêtes (yokote 横手 et ko-shinogi 小鎬) qui délimitent la pointe (kissaki 切先, fig. 02).

La partie trempée de la lame est le yakiba 焼刃 ; le hamon 刃文 est le tracé extérieur qui sépare le yakiba du reste de la lame. A l’intérieur du kissaki on l’appelle bôshi 帽子 ou 鋩子. Le hamon est formé par une concentration de cristaux de martensite plus ou moins épais (nie 沸 え et nioi 匂) et présente une certaine largeur : c’est le habuchi 刃 縁 ou nioiguchi 匂 口, dans lequel se trouvent de nombreuses activités cristallines (hataraki 働き). La surface de la lame comprise entre le shinogi et le hamon est le hira-ji 平地 ou ji 地, autrement dit la surface de jigane 地鉄 qui n’est pas trempée. Celle qui s’étend entre le shinogi et l’arête qui délimite le dos (mune-kado 棟角) est le shinogi-ji 鎬地, appelée aussi migaki-ji 磨き地.

La lame illustrée ici est une lame de sabre court (wakizashi 脇指) décorée d’une double gouttière et signée Sakuyô bakkashi Hosokawa Masayoshi 作陽幕下士細川正義 (Hosokawa Masayoshi, vassal du domaine de Mimasaka) et datée au revers de la 8e lune de 1843 (Tenpô jûyon mizunoto-u doshi hachigatsu hi 天保十四癸卯年八月日). La signature est exceptionnellement suivie d’une estampille (kokuin 刻印).

nomenclature d'une lame en shinogi-zukuri
fig. 01 Nomenclature d'une lame.

Détails de la pointe

L’architecture de la pointe du sabre est assez complexe (fig. 02). Le kissaki (切 先 ou 鋒) est, selon certains auteurs, la partie du hira-ji en forme d’éventail [japonais] au-delà du yokote 横手 (appelé aussi ichimonji 一文字). Les quatre angles de cet éventail correspondent aux quatre points de rencontre d’arêtes : ha no mitsu-kado 刃の三つ角, bôshi-saki 鋩子先, ko-shinogi-saki 小鎬先 et mitsu-kado 三つ角. Selon d’autres auteurs, le terme kissaki désigne toute la partie supérieure délimitée à sa base par une droite dans le prolongement du yokote. Le fil (hasaki) du tranchant arrondi qui relie le yokote au bôshi-saki est appelé fukura. Le matsuba-zuno 松葉角 (ou matsuba-saki 松葉先) est, sur le dos de la lame, le triangle « en épine de pin » formé par le bôshi-saki et les deux ko-shinogi-saki.

nomenclature de la pointe
fig. 02 La pointe en détail.
retour au sommaire
ou
suite


Copyright © 2003-2012 Franz Baldauff